Chronicle 2 : Age of Splendor - Chapitre 4, Martien (1)

A l'origine, Dion n'était pas un domaine riche. Il n'y avait pas d'étendues de terres cultivables. A l'exception de la Mandragore, il n'y avait pas de produit local unique. Les Mandragores étaient essentiellement achetées par les mages, les chamans, et les herboristes.

Considérant le risque encouru pour les cultiver, les profits générés par les récoltes n'étaient pas très élevés. Le Sang de Mandragore était dispersé au hasard par le Duc Byron Ashton. Le Seigneur du domaine les considérait plus comme une source de maux de tête que comme un réel atout. Etant donné que le commerce avec les domaines avoisinants et les autres pays se faisait essentiellement via le Port de Giran, il n'y avait pas beaucoup de bénéfices à espérer.

Pour tout le monde, le Duc Byron Ashton était un raté. Certains disaient que la pire erreur qu'il ai faite, avait été de croire qu'il aurait pu améliorer les finances de son château et du manoir en accablant les paysans, déjà pauvres, de taxes lourdes. Les paysans se soulevèrent et se révoltèrent contre lui, armés seulement de râteaux, de houes, de faux et de fourches. Le Duc réprima violemment cette révolte et exécuta impitoyablement les paysans révoltés. Lorsque le nombre de paysans à exploiter diminua, le Duc essaya même de vendre sa propre fille au RoI Amadeo Cadmus.

Cette à cette époque, l'ère de Chaos débuta, et les gens qui rêvaient de guerre vinrent à Dion. Il s'agissait de brutes sans foi ni loi. Ils se répandirent, emplis de soif de pouvoir et d'ambitions démesurées. Il ne fallut pas longtemps avant que l'un d'entre eux décapite le Duc Byron Ashton et prenne sa place au château.

Les paysans étaient si heureux qu’ils se seraient embrassés et auraient pleuré de joie même si un gobelin avait été couronné en dansant sur le trône. Ils accueillirent le nouveau Seigneur du domaine avec enthousiasme. Cependant, avec ou sans guerre, durant l'Age d’Or leurs poches restèrent désespérément vide – Dion restait le domaine le plus pauvre où vivaient des fermiers opprimés.

Le nouveau Seigneur se résolut fermement à faire récolter des adenas. Il commença la construction d'un bâtiment à l'allure étrange dans une section vide du village. Ensuite, il envoya des mercenaires et des soldats un peu partout afin de capturer des monstres. Enfin, la seule chose qu'il restait à faire ensuite, était d'apprivoiser ces monstres.

« Cours, Wind Rider, cours ! Plus vite, plus vite ! »

Le Monstrodrome était bondé. A chaque mouvements que faisaient les monstres, la foule réagissait soit de joie, soit de dépit. Associées à des noms de dieux, connus ou pas, toutes sortes de malédictions et autres bénédictions s'échappaient de leur bouche. Mais la somme d'adenas qu'ils étaient prêts à parier, donnait à Dion et à ses habitants l'espoir de sortir un jour de la pauvreté héritée des générations précédentes.

« Cours ! Cours ! Cours ! Ce misérable lapin ne peut pas te rattraper ! Oui ! Oui ! Oui ! »

Le vainqueur un fois désigné, la foule se déplaçait telle une vague par gros vent. Certains tordaient et jetaient leurs tickets sans valeur, tandis que d'autres se réjouissaient et embrassaient le premier venu. Certains réprimaient leur sourire, dissimulant leur joie aux yeux des autres, et vérifiant secrètement encore et encore leur ticket.

Martien, propriétaire du magasin « La Mer du Sud », était l'un de ceux qui sauta jusqu'à étrangler la personne qu'il était en train d'embrasser. Il courut ensuite pour encaisser son ticket, évitant soigneusement les regards scrutateurs des autres.

« Félicitations Monsieur Martien ! »

La responsable de course sourit et vérifia son ticket. Le Monstrodrome devrait en vérité lâcher une coquette somme pour cette victoire, mais son visage n'exprimait aucun déplaisir. Non pas qu'elle fut indifférente au fait que son organisation perde de l'argent, mais les profits générés par la course de monstres étaient bien assez conséquents pour pouvoir classer les gains de Martien comme une perte mineure.

« Mes yeux ont croisé ceux de la licorne dans les paddocks et mon cœur s'est presque arrêté de battre ! »

« Vraiment ? Pourquoi ? »

« Parce que ses yeux ressemblaient à ceux de ma mère. »

Elle eut un rire sonore et l'expression de son visage semblait dire «quelle idée saugrenue». Elle lui tendit un sac assez volumineux de pièces d'or.

« Après déduction des taxes, votre prix s'élève à 328 000 adenas. Contrôler la somme s'il vous plaît, et signez le reçu. »

Comme il ne tendait pas la main rapidement pour prendre le sac, elle lui lança un regard perplexe. Martien fit deux pas en arrière et regarda le tableau des courses d'un air rêveur. Un instant plus tard, il parla à nouveau à l'organisatrice, la voix pleine d'excitation.

« Regardez ! »

Il leva un doigt et pointa le panneau d'affichage bien qu'elle ne put le voir de là où elle était assise.

« Il est dit là-dessus que la cote de la course suivante est multipliée par 204. Ça veut dire quoi ? Ma mère – enfin, je veux dire, Wind Rider participe à cette course n'est-ce pas ? »

Tandis qu'elle classait les tickets par paquets, elle répondit brièvement,

« C'est parce qu'elle va certainement perdre. »

« Quoi ?" »

Avec une soudaine lueur dans les yeux, elle commença à parler.

« Pensez-y. Il s'agit de gagner le double, n'est-ce pas ? Mais vous ne pouvez pas gagner. Cyclone Thunder, de la troisième rangée, est un très bon parti, il est très populaire depuis quelque temps. De plus, regardez les lignes deux, six, sept et huit – désolée de devoir dire ça à propos de votre mère – mais elles ont un niveau bien plus élevé que le sien. Je pense que quelqu'un a fait une erreur en incluant une telle fainéante. Je ne devrais pas dire ça, mais ses chances de gagner cette course ne sont… » Elle utilisa son pouce et son index pour expliquer à Martien, « même pas ça. »

Martien, dont le visage devenait de plus en plus rouge, rétorqua d'une voix emplie de colère.

« Hey ! Vous n'avez pas le droit de parler de ma mère comme ça ! »

« Pourquoi criez vous ? Je ne faisais que répéter ce que les gens disent. Calmez-vous s'il vous plaît Monsieur Martien. »

Disant cela, elle se remit à trier calmement ses tickets.

« Rien ne dit qu'elle doit perdre tout le temps. Aujourd'hui, elle a l'air en forme. Quand j'ai vu ses yeux tout à l'heure, ils brillaient d'une volonté ferme, avec l’intention de gagner, quoiqu'il advienne ! Je crois que sa performance dans la prochaine course va nous surprendre ! »

L’organisatrice répliqua

« Quel est l'intérêt de déchiffrer les yeux d'une larve de fourmi ? Monsieur Martien, vous êtes Humain, non ? »

« Silence ! Vos absurdités ont rendu les choses claires pour moi ! J'ai décidé qu'aujourd'hui serai un jour spécial pour moi, celui qui va bouleverser toute ma vie ! »

Pendant un moment, Martien regarda le ciel au dessus des pistes. Telles des bulles dans un égouts, les nuages commençaient à se rassembler, cachant le soleil. Lorsque le vent commença à souffler dans la forêt qui entourait la piste de course , des brins d'herbes voletèrent dans une douce et calme brise. Durant un bref instant, complètement isolé, même des bruits de l’hippodrome, Martien senti qu'il était en train de fixer directement quelque chose d'absolument immuable. Il décida que plus tard, le jour où il se rappellerait cet instant, il l'appellerait "Le Temps des Révélations".

Précédent
Chronicle 2 : Age of Splendor - Chapitre 5, Scryde

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Lineage II ?

214 aiment, 44 pas.
Note moyenne : (268 évaluations | 13 critiques)
6,1 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Lineage II
(52 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

218 joliens y jouent, 1763 y ont joué.